La compagnie de théâtre Les Petites Gens, est en résidence au hameau de la Sablière pour y travailler sa prochaine production. Vendredi, elle donnera une première restitution du travail effectué cette semaine.

terres-closes

Toute cette semaine, le hameau de La Sablière est investi par une troupe de théâtre qui va y travailler sa prochaine production «  Terres Closes  » de Simon Grangeat, une pièce qui aborde un sujet aussi brûlant que douloureux, celui des murs qui se construisent plus vite que les ponts.

Cette première résidence sera suivie de plusieurs autres en d’autres lieux et régions, avant une production en public en 2017.

Cinq comédiens, dont la metteur en scène et le créateur sonore vont donc poser les bases de cette nouvelle création. «  Nous en sommes à la première étape, même si nous avons déjà travaillé le texte avec les acteurs  », explique Muriel Sapinho, ancienne élève de l’Ecole du Théâtre National de Chaillot, qui met en scène ce spectacle. «  A La Sablière, il s’agit avant tout de travailler l’environnement sonore de la pièce  ». Michaël Filler, le créateur sonore en charge de cette partie, vient du monde de la radio. Il en a gardé des habitudes de travail, notamment l’enregistrement de sons en direct. Le hameau des gorges du Tarn lui donne donc l’occasion de fureter dans toutes les maisons à la recherche du bon grincement de porte ou du plus parfait glouglou de la rivière, autant de «  musiques  » qui viendront nourrir son travail pendant que les acteurs travailleront à poser leur texte dessus, autour et en dedans.

Vendredi soir, la troupe donnera un avant-goût de ce que sera sa création. Les acteurs effectueront une lecture du texte, sans mise en scène puisqu’elle se construit au fil des différentes résidences.

Le résumé de la pièce

«  Le périple entrepris par le voyageur se déroule en cinq étapes. Il commence le long du mur le plus important jamais érigé sur Terre : celui qui borde la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Il continue en Afrique, d’abord dans le Sahara, puis le long des frontières de Ceuta et Melilla et enfin en compagnie des migrants traversant la Méditerranée. Son voyage s’achève sous le mur le plus infranchissable qui soit : le rempart d’un système administratif toujours plus complexe.

Tout au long du trajet, la tonalité et le contenu des notes prises par le voyageur varient. Tantôt constat blanc d’une réalité brutale.

Chiffres. Matériaux. Efficacité opposée aux déclarations d’intentions. Tantôt presque adressées. Conseils donnés à un potentiel candidat à la traversée clandestine. Parole d’aînés. Expériences transmises d’homme à homme.

On commence à distance. On commence loin de nous, loin d’Europe, loin du je. Puis le sujet se rapproche, petit à petit. Se fait intime. Se fait tout contre.»

Au hameau de La Sablière, vendredi 28 octobre à 20h30. Rendez-vous à l’embarcadère du hameau à mi-chemin entre Le Rozier et Les Vignes à partir de 19h00.

Eric Trannois

Résidence de création à La Sablière